Art & Travel

2

ABU DHABI, ESCAPADE AU LOUVRE DE TOUS LES RECORDS.

Qui l’aurait cru ? Le Louvre s’est exporté avec brio au Moyen-Orient. L’occasion de porter un regard sur histoire de l’Art dans un contexte inédit. Jamais musée n’aura su jouir d’autant de superlatifs.

 

LE LOUVRE ABU DHABI, VIRTUOSITÉ ARCHITECTURALE

7 ans de travaux, 24 000 m2, une coupole à couper le souffle, un budget de plus de 1 milliard et demi d’euros. Le Louvre d’Abu Dhabi est sans conteste l’un des plus beaux projets de l’architecte français Jean Nouvel.

Fraîchement inauguré en novembre 2017, l’imposant cousin du musée hexagonal s’impose comme un pôle culturel sans égal au Moyen-Orient.

Un passage obligatoire pour tout séjour dans le golfe où la proposition culturelle était jusque là très pauvre.

UNE COLLECTION FANTASTIQUE

La collection permanente de ce mastodonte n’a rien à envier aux musées occidentaux. En 10 ans, la direction du musée n’a pas lésiné sur les moyens pour faire entrer des trésors de l’antiquité à nos jours.

Mondrian, Picasso, Klein, aucun grand nom ne manque à l’appel.

D’abord séduit par l’imposante architecture qui a su allier modernité et traditions orientales, déambuler dans ce Louvre dont le tapage médiatique nous a d’abord fait nous méfier avant d’être conquis, nous donne une sensation d’exotisme malgré la familiarité des artistes qui défilent sous nos yeux. Il y a quelque chose de presque surréaliste, dans ce coin du monde si aride, croiser les maîtres de l’art moderne créé un sentiment d’impossible relevé.

Mais l’art moderne et contemporain ne sont pas les seuls à être logés à une enseigne de choix.

Parmi ces œuvres d’exception, on compte un bracelet en or aux figures de lions fabriqué en Iran il y a près de 3 000 ans, une broche d’or et de grenats d’Italie datant du Ve siècle après J.-C., une magnifique Vierge à l’Enfant de Bellini…

Au sein de cette collection pluridisciplinaire, tous les médiums sont représentés : outre notamment la peinture, la sculpture, la tapisserie, l’orfèvrerie et le papier-collé, le Louvre Abu Dhabi conservera aussi une collection de photographies ou encore un ensemble de créations d’arts décoratifs.

LA CULTURE, UNE PROMESSE ATTRACTIVE

En se dotant d’un musée de cette taille, le petit émirat d’Abu Dhabi frappe fort. Bien des projets s’engouffrent dans la brèche. Ainsi un musée Guggenheim Abu Dhabi, et le Cheikh Zayed National Museum suivront. Preuve en est que la culture est un levier, une forme de tourisme à ne pas négliger. Une belle expérience aussi pour des touristes qui pourraient vite se lasser de ces destinations sans âme auxquelles l’art donne une résonance nouvelle, noble et durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *